Historique du lycée

De 1907 à aujourd’hui

Situé au cœur de Landerneau, le lycée porte depuis 1985 le nom de la rivière qui sépare le Léon de la Cornouaille. Fort d’une histoire pluriséculaire, il a peu à peu acquis une dimension patrimoniale et identitaire qui le lie étroitement à la ville et à ses habitants.

 

Le Couvent des Ursulines (1701-1792)

couvent-des-ursulines

 

Les premiers bâtiments (une chapelle et un corps de logis) sont édifiés dès 1650 afin d’accueillir les religieuses Ursulines, qui assurent une mission d’enseignement auprès des jeunes filles tout en prêtant assistance aux malades et aux nécessiteux. Mais l’histoire du lycée se déploie également dans un cadre plus large, lié aux vicissitudes de l’histoire. Par deux fois au cours du 18e siècle le couvent, achevé en 1701, est réquisitionné par la Marine pour accueillir les blessés et les malades de la guerre de Sept ans (1756-1763) et de l’expédition américaine (1778-1783) débarqués à Brest. En 1792, les religieuses sont expulsées et le cloître devint tout à la fois une prison, le siège provisoire du département en 1793-1794, et un hôpital.

 

Sous la Révolution : prison, caserne, hôpital…

lycee-elorn-sous-la-revolution-2 lycee-elorn-sous-la-revolution

A partir du XIXème siècle : une caserne

 

Du début du 19e siècle jusqu’en 1944, les bâtiments font essentiellement office de casernement même si on y accueille aussi les condamnés aux travaux forcés de 1872 à 1899. Ce passé militaire resurgit d’ailleurs à travers la tradition du percent (ou père-cent) qui, chaque année, cent jours avant le début des épreuves du baccalauréat, fait défiler dans les rues les futurs bacheliers, déguisés pour l’occasion. À l’heure de la reconstruction, Brest, détruite par les bombardements, manque cruellement de place. Nécessité oblige, la « caserne Taylor » devient une annexe des lycées brestois en 1946 et retrouve sa mission première : l’enseignement.

 

1946 : un C.E.T. (Collège d’enseignement technique)

lycee-elorn-XIXe-sieclelycee-elorn-1946-cet

 

Autonome à partir de 1953, le tout nouveau lycée mixte d’État se lance dans un vaste programme de rénovation et de construction. L’objectif est d’accompagner la croissance particulièrement soutenue des effectifs : entre 1952 et 1961, le nombre d’élèves passe de 560 à 927. Une véritable course contre la montre commence, tant les conditions d’accueil sont précaires et difficiles. Le lycée est ainsi devenu l’ensemble architectural le plus imposant de la ville sans, pour autant, renoncer à sa dimension patrimoniale.

 

1965 : construction des bâtiments A,B,C,D, E, H

lycee-elorn-1965-extention

Internat des filles, bâtiment E

lycee-elorn-internat-fille-2lycee-elorn-internat-fille-1

Une salle de classe et la réserve à matériaux

lycee-elorn-reserve-histoirelycee-elorn-salle-de-classe-histoire

Aujourd’hui

lycee-elorn-panoramique

 

Le cloître et la chapelle sont, par exemple,  réhabilités en 2006 pour accueillir le CDI et l’administration. Par ailleurs, ce programme coûteux s’est doublé d’un redéploiement administratif. Au sortir de la guerre, le lycée classique et moderne de Landerneau associait à la fois enseignement général et technique. Cette spécificité perdure par la suite, lorsque le lycée devient LEP (1971) puis intègre une section d’enseignement professionnel spécialisée dans les métiers du bois (1997).

 

Accueillant en 2010 près de 1 300 élèves de la seconde au BTS, le lycée semble avoir trouvé un point d’équilibre entre ses différentes composantes lui permettant de dispenser un enseignement à la fois diversifié et spécialisé. Il a, en outre, réussi le tour de force d’avoir su préserver son identité tout en se préparant aux défis du 21e siècle.

 

Le CDI

lycee-elorn-cdi

Une salle de classe et l’internat des filles

lycee-elorn-salle-de-classelycee-elorn-internat-fille-3